lundi 17 octobre 2011

Le sablier des solitudes de Jean-Simon Desrochers

Début janvier.  A la tombée du jour, sur une route provinciale, la poudrerie gêne la visibilité.  Emportés par une rafale, une dizaine de véhicules entrent en collision.  Le spectaculaire carambolage qui s'ensuit plonge ses victimes dans l'air glacial­.  Treize solitudes regardent s'écouler les minutes dans cet étrange sablier où ils sont tombés.  Militaire, étudiant, masseuse, peintre ministre fillette, ingénieur, camionneur; ils ressemblent à un peu tout le monde et viennent d'un peu partout, sans lien apparent sinon cet accident, aussi brutal qu'imprévisible.  Certains en mourront, quelques-uns en sortiront brisés, d'autres tenteront de reprendre en main leur existence.  Aucun n'aura vécu ce carambolage sans y avoir laissé ou reconquis une part de lui-même.  Dans le style dépouillé au rythme enlevant qui a séduit les lecteurs de La canicule des pauvres, Jean-Simon Desrochers réussit le défi d'un roman choral à la fois tendre et impitoyable, où la vie normale ne l'est pas toujours, où la mort offre une raison simple de s'accrocher à la vie.

Quel roman!  Au début on connaît les personnages, jusqu'à l'accident, l'accident décrit comme s'il était devant à prendre des notes pour nous écrire le roman.  Des personnages attachants qui vivent leur vie jusqu'à ce jour et qui devront continuer de vivre malgré ce qu'il leur est arrivé.

J'aime toujours autant le style de Jean-Simon, chapitres courts, sans fla-fla, direct à l'histoire, direct aux sentiments, oui parfois c'est bien, parce que là ce qu'on voulait savoir c'était se qui se passait pour chaque personne.
Un bon bouquin je vous le suggère; je donne un 7/10.

Fleurdelivres

2 commentaires:

Pierre H.Charron a dit…

J'ai aimé la canicule des pauvres. Celui-ci a l'air d'autant intéressant.
Je me suis mis un "post-it" la dessus ;)

Fleurdelivres a dit…

C'est un très bon bouquin; bien raconté, et une histoire qui fait changement; on raconte rarement l'histoire d'un carambolage.