mercredi 14 novembre 2012

Fleurs sanglantes de Colleen McCullough

1968.  Martin Luther King et Robert Kennedy sont assassins.  Des émeutes raciales embrasent les cités.  Et la ville de Holloman (Connecticut) connaît l'automne le plus agité de son histoire. 
Tout commence avec cette jeune femme qui porte plainte après avoir été  violée de façon atroce.  Du coup, les langues se délient.  Et d'autres victimes se font connaître ... sans qu'aucune ne puisse fournir d'indice exploitable par la police.
L'enquête du capitaine Carmine Delmonico vire au casse-tête, d'autant qu'on vient de lui imposer une nouvelle recrue, Helen Macintosh, belle et capricieuse fille de l'influent président de l'université ...
A une époque où les moyens d'investigation sont limités, il lui faudra s'armer de patience et de détermination.  Pour empêcher que d'autres femmes dans la fleur de l'âge ne finissent ensanglantées ...

Vous vous souvenez de cette auteure?  Colleen McCullough c'est elle qui a écrit "les oiseaux se cachent pour mourir".
Donc, l'histoire se déroule en 1968, dans une petite ville, où les outils sont réduits pour trouver des indices, résoudre des meurtres ou des viols et on se sert plus de son "coco" pour y arriver.
Il se fait appelé le "Rapbus cucullatus" autrement dit le dodo, entre chez les femmes, des femmes qu'il connaît, les attrapent, lui il est complètement nu, un corps parfait qu'il a maquillé, pour ne pas être reconnu, pas une cicatrice, pas un grain de beauté, et son visage dissimulé sous une capuche de soie noire attaché autour de son cou.  Il les violent pendant des heures, et entre chaque viol, il se prélasse en lisant un livre qu'il choisit dans la bibliothèque de la femme.  Et quand il ne tue pas la femme avant de partir il lui montre une pancarte disant:  Je m'appelle Didus Ineptus, si jamais tu parles, je te tue.
L'histoire est assez lente, mais nous tient en haleine jusqu'à la fin, parce qu'on veut savoir qui est ce DoDo.
J'ai bien aimé, mais j'ai déjà lu mieux, c'est sûr.
Je vous le suggère et je donne un 6/10

Fleurdelivres



Aucun commentaire: